Pascordc.org
Pascordc.org
Partenaires

Actualités

KINSHASA : UNE DÉLÉGATION DE MOUVEMENTS SOCIAUX BELGES ET FRANÇAIS POUR CONSOLIDER LE PARTENARIAT GLOBAL AVEC LA RDC

Une délégation de haut rang de dirigeants des mouvements sociaux belges et français -dont la Fédération Générale des Travailleurs de Belgique (FGTB), l’Union des Mutualités Socialistes (Solidaris), la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF), la Fondation Laïcité et Humanisme en Afrique centrale (LHAC), le Parlement européen et Solsoc- séjournent en République démocratique du Congo du dimanche 12 au jeudi 16 janvier 2020. Placée sous le thème «Si tu veux aller vite, marche seul. Mais si tu veux aller loin, marchons ensemble », cette visite a pour objectif de susciter une mobilisation des expertises multidimensionnelles, sous l’angle des mouvements sociaux et cadres institutionnels, avec des acteurs clés impliqués dans la promotion des droits économiques, sociaux et culturels ; de même que les droits civiques et politiques qui sont indissociables des droits économiques et sociaux.

Hier lundi 13 janvier, cette délégation a, au siège l’ONG Parlons Sida aux communautaires (Pasco), dans la commune de Kasa-Vubu, initié une rencontre avec les professionnels des médias pour s’expliquer les raisons de sa présence à Kinshasa, capitale de la RDC. D’entrée de jeu, M. Jean-Pas-cal Labille, secrétaire général de Solidaris et chef de délégation, a déclaré: « On se retrouve à Kinshasa parce que la RD Congo et la Belgique partagent des liens historiques anciens. Et dans ce cadre, beaucoup de projets sont en cours de réalisation, à travers la mutualité Solidaris VYV, dans l’objectif d’apporter du soutien au développement de ce magnifique pays avec lequel on partage des liens particuliers et qui doivent encore être développés ». Au cours de cette visite, a-t-il annoncé par ailleurs, la délégation va nouer des contacts fructueux, notamment avec la présidence de la République, le Parlement, le gouvernement, à travers les ministères de la Santé, de l’Emploi et la Fonction publique. L’objectif, a conclu Jean-Pascal Labille, est de soutenir la RDC à travers divers chantiers que le chef de l’Etat a ouvert au niveau du travail décent ; la couverture santé universelle; l’éradication de grandes pathologies telles le VIH/SIDA, le Paludisme et autres ; l’enseignement et le dialogue social.

Pour sa part, M. Pierre Gallant, président de la Fondation Laïcité et Humanisme en Afrique centrale (LHAC), a indiqué qu’en 20 ans de présence en RDC, la LHAC soutient les efforts engagés par les enseignants, les provinces et l’Etat pour reconstruire un enseignement de qualité et ouvert à tous. L’action de cette fondation s’inscrit parfaitement dans les propositions faites par le président de la République d’ouvrir l’enseignement à tous et surtout la gratuité de cet enseignement.

ENSEMBLE, ON EST PLUS FORT
Eu égard aux difficultés dans la mise en application de la mesure portant gratuité de l’éducation de base, la LHAC entreprend avec la ville de Kinshasa la réhabilitation d’un certain nombre d’écoles, notamment l’Athénée de la Victoire, l’Ecole primaire de Lisala I et II.

M. Robert Vertenuel, président de la FGTB, s’est, pour sa part, exprimé en ces termes : « C’est avec beaucoup de volonté que la FGTB entend soutenir les actions syndicales en RDC, surtout que la tradition syndicale est une tradition de coopération. Mais la FGTB est pour la seconde voie, celle qui pense que les Congolais ont la solution dans leurs mains ; ils savent mieux ce que leur pays a besoin, et la seule chose que nous allons faire, de manière très modeste d’ailleurs, c’est de vous écouter et de vous apporter du soutien matériel et en termes d’accompagnement et d’aide dans le domaine de la formation ».
Concrètement, la FGTB veut que les organisations syndicales congolaises travailler ensemble, - par fidélité à son slogan dit : « Ensemble, on est plus fort »-, sur des questions de travail décent, de santé et sécurité au travail…

Thierry Beaudet, président de la Fédération Nationale de la Mutualité Française, a tenu ces propos : « Je suis venu écouter et comprendre ce que vous faites et, en suivant, voir comment la Mutualité française peut soutenir les initiatives congolaises». Avant de renchérir en ces termes: « En arrivant dans ce pays, j’ai compris que l’accès aux soins de santé, à la prévention de qualité est un sujet majeur dans ce pays ». La Mutualité française est bien présente en Afrique de l’Ouest mais pas en RDC, où elle vient d’initier quelques contacts avec la Mutualité de santé des enseignants. Dès son retour en France, il entend amplifier ces liens de coopération pour accompagner la MESP.

Mme Véronique Wemaere, directrice à Solsoc, a fait savoir que son association, présente en RDC depuis 1990, travaille de manière à ce que les populations locales puissent vivre dignement et aient accès à leurs droits sociaux, en termes de travail décent, de droits des travailleurs, de protection sociale…

En fin de séance, les professionnels des médias ont des réponses appropriées à toutes les préoccupations soulevées.

VISITE DES PARLEMENTAIRES DU RESEAU DE LA FRANCOPHONIE AU CENTRE CONVIVIAL BWANYA/PASCO/KASA-VUBU

En date du 18 décembre 2019, le centre convivial BWANYA/Kinshasa a reçu la visite des parlementaires du réseau de la Francophonie de la lutte contre les 3 maladies : Le VIH/Sida, la Tuberculose et le Paludisme.

VISITE DES PARLEMENTAIRES BELGES DU RESEAU PARLEMENTAIRES DE LA FRANCOPHONIE AU CENTRE BWANYA/PASCO A KASA-VUBU CE MERCREDI 20 NOVEMBRE 2019
SYNTHÈSE DE LA RENCONTRE AVEC LE CONSEILLER PRINCIPAL DU CHEF DE L’ÉTAT EN MATIÈRE DE LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU PALAIS DE LA NATION

Dans le cadre des préparatifs de la visite officielle d’une forte délégation belge de l’Union Nationale des Mutualités Socialistes et du député belge élu au parlement européen – Membre de la Commission du Développement, nous avons été reçus hier mardi, le 15 octobre 2019 dans la soirée par le Conseiller Principal du chef de l’état en matière de la santé et le bien-être, le Dr Ben BOLA.

De gauche à droite : Mr Innocent, Conseiller Juridique de PASCO ; Dr Ben BOLA, Conseiller Principal du chef de l’Etat en Matière de la Santé et le Bien-être et Mr Michel LAY, Coordonnateur National de PASCO

Au menu de nos échanges, nous avons mis l’accent sur les points ci-dessous : - Contacter le plutôt possible le service de protocole du chef de l’état pour sa disponibilité durant cette période ; - Contacter le premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale – Président de l’UDPS et prendre rendez-vous avec le Ministre de la Santé avant la fin de la semaine en cours afin de le briefer et vous envoyer l’invitation officielle.
Dans le divers
Nous lui avons posé le problème d’invitation, il nous a demandé de lui envoyer dès demain matin le modèle d’invitation des partenaires du Nord que PASCO a toujours utilisé afin de lui permettre de préparer une invitation définitive qui sera signée par le ministre de la Santé. Quant au séjour de la délégation à Kinshasa, il nous a posé la question de savoir qui prendra en charge la délégation. En réponse, nous lui avons dit que c’est elle-même qui se prendra en charge.

FORMATION DES ACTEURS DE JUSTICE (MAGISTRATS AVOCATS ET AUXILIAIRES DE JUSTICE) SUR LE VIH ET LES DROITS HUMAINS (STIGMATISATION ET DISCRIMINATION)

En octobre et novembre 2018, l’ONG/PASCO a organisé une série de formation à Kinshasa, Goma et Bukavu en faveur des acteurs de justice (Magistrats, Avocats et Axillaires de Justice) sur le VIH et les Droits Humains (Stigmatisation et Discrimination).

L’objectif général poursuivi par cette série de formation est de contribuer à la réduction de la stigmatisation et de la discrimination ainsi que les violences des droits à l’égard des populations clé.Les objectifs spécifiques poursuivis sont : • Transmettre à 60 acteurs de justice des connaissances sur le VIH et les droits humains pour la protection des liés aux populations-clés en général et celles vivant avec le VIH en particulier. • Doter 60 acteurs de justice des capacités à pouvoir dire/appliquer le droit conformément au principe de respect et d’égalité devant la loi (les droits des populations-clé).

Ces séries de formations ont bénéficié de l’expertise de 6 facilitateurs du ministère de la Justice et des cliniques juridiques.

FORMATION DES PAIRS EDUCATEURS UDI (USAGERS DES DROGUES INJECTABLES) SUR LES PRATIQUES SEXUELLES ET NON SEXUELLES MOINS RISQUEES ET SGBV

L’ONG PASCO a été retenue par CORDAID avec l’assistance du CMM comme étant SR (Sous Récipiendaire) du deuxième Nouveau Modèle de Financement (NMF2) de Fonds Mondial avec comme mission de faire la mise en œuvre du projet ciblant les populations-clé notamment les professionnelles de sexe (PS), les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH ou MSM), les transgenres et les usagers des drogues injectables (UDI). Parmi les populations-clé cibles de PASCO dans ce projet, les UDI constitue une catégorie à part à cause de la vulnérabilité très élevée observée dans leur milieu et due à la prise très souvent inconsidérée et sans précautions des drogues injectables avec utilisation multiple et à plusieurs des mêmes seringues etc.

Cette formation devra également se faire dans les Provinces du Nord et Sud-Kivu (Goma et Bukavu) où les OAC des pairs éducateurs UDI ont été recrutées par les centres conviviaux BWANYA IV et V appuyés par PASCO. Au total 85 pairs éducateurs UDI seront formés dont 51 à Kinshasa qui sont déjà formés et 17 à Bukavu. Par contre, à Goma, 17 pairs éducateurs UDI seront également formés dès la semaine prochaine.

FORMATION DES PRESTATAIRES DE SOINS DES CENTRES CONVIVIAUX EN FAVEUR DES UDI (Usages des Drogues Injectables)

L’ONG PASCO a été retenue par CORDAID avec l’assistance du CMM comme étant SR (Sous Récipiendaire) du deuxième Nouveau Modèle de Financement (NMF2) de Fonds Mondial avec comme mission de faire la mise en œuvre du projet ciblant les populations-clé notamment les professionnelles de sexe (PS), les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH ou MSM), les transgenres et les usagers des drogues injectables (UDI).

Parmi les populations-clé cibles de PASCO dans ce projet, les UDI constitue une catégorie à part à cause de la vulnérabilité très élevée observée dans leur milieu et due à la prise très souvent inconsidérée et sans précautions des drogues injectables avec utilisation multiple et à plusieurs des mêmes seringues etc. Les UDI constituent donc un vrai challenge dans la prise en charge du VIH en passant par une sensibilisation pour un changement de comportement, le dépistage volontaire, la prévention et traitement des conséquences de l’injection prolongée ainsi que le dépistage, diagnostic et le traitement de la tuberculose. C’est dans ce cadre que l’ONG/PASCO a organisé une formation en faveur des prestataires de 3 centres conviviaux de la ville province de Kinshasa (Centre Convivial BWANYA I, Centre IST MATONGE et Centre ISTVICTOIRE) et les 2 autres dont l’un dans la province du Nord-Kivu à Goma (Centre Convivial BWANYA IV) et l’autre dans la province du Sud-Kivu à Bukavu (Centre Convivial BWANYA V) sous la facilitation du Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS). Dans l’ensemble, 25 prestataires de soins ont été formés dont 15 à Kinshasa, 5 à Goma et 5 à Bukavu. A Kinshasa, la formation s’est tenue du 24 au 26 juillet 2018, dans la salle de formation du PNMLS sous la facilitation du PNLS. Enfin, la méthodologie utilisée (les présentations, échanges, brainstorming et les tests), nous ont permis d’évaluer le niveau d’acquisition des connaissances de ces derniers d’un côté et de l’autre côté d’évaluer le niveau de connaissance des prestataires affectés à la prise en charge des UDI. Les recommandations en vue d’améliorer la qualité des prestations pour une meilleure prise en charge des patients ont été formulées. De ce fait, au vu des objectifs fixés par les termes de référence de la mission, nous pouvons dire qu’aujourd’hui, nous pouvons être fiers des compétences transmises à nos prestataires.